Le succès de votre perte de poids est dans votre ADN, en dépit de tout régime !

Le succès d’un régime dépend aussi de l’ADN, relève cette recherche de l’Université Texas présentée dans la revue Genetics. La réponse de notre corps à l’alimentation dépend en effet de nos gènes : ici les chercheurs démontrent chez l’animal et dans la revue Genetics, qu’un seul régime n’entraîne pas chez “tout le monde” les mêmes effets et donc que ce qui « marche » pour certains peut ne pas être l’idéal pour d’autres.

Le succès de toute perte de poids est dans votre ADN, en dépit de tout régime

Le succès de toute perte de poids ne dépend pas seulement des régimes diététiques :

« Les recommandations diététiques sont basées sur des principes alimentaires standards qui concourent à un régime alimentaire type qui devrait convenir à tout le monde », relève l’auteur principal de l’étude, David Threadgill, Professeur au Texas A & M College of Médecine. « Et pourtant, si l’on considère l’épidémie d’obésité actuelle, il semble que ces lignes directrices n’aient pas été très efficaces ».

Sur 4 groupes différents de modèles animaux répartis pour suivre 5 régimes alimentaires différents durant 6 mois, l’équipe montre que les différences génétiques peuvent entraîner une réponse surprenante à certains régimes. Les chercheurs avaient de plus choisi des régimes reflétant nos principaux modes alimentaires : un régime « américain » plus riche en glucides et en graisse, un régime méditerranéen, un régime cétogène japonais avec riz et extrait de thé vert et enfin un régime Atkins-like (riche en graisses et en protéines mais pauvre en glucides). Le cinquième régime était standard. L’expérience montre que :
un des 4 profils génétiques réagit très mal au régime japonais cétogène avec une accumulation spectaculaire de graisse dans le foie et des lésions hépatiques.

2 autres profils réagissent mal au régime Atkins-like, l’un avec un développement de l’obésité, une maladie du foie gras et un taux élevé de cholestérol, l’autre avec une réduction du niveau d’activité, une augmentation de la graisse corporelle en dépit d’une sous-pondération.

La réponse humaine aux régimes alimentaires peut être tout aussi variable, avec l’apparition de signes de syndrome métabolique, de différences de comportement (sédentarité, alimentation…). Un régime alimentaire qui permet à l’un le maintien d’un poids de santé peut avoir l’effet totalement inverse chez un autre sujet.

Il n’existe pas de régime alimentaire standard optimal : ainsi, avec certains facteurs environnementaux dont de mode de vie, la génétique influe également sur la réponse de l’individu à l’alimentation.

Prochaine étape, identifier ces gènes qui peuvent faire la différence dans la réponse aux régimes alimentaires pour aboutir un jour à un test génétique qui pourrait prédire à chacun le meilleur régime à suivre.

Source d’image : howloseweight

Source : santelog

Au plaisir de lire vos commentaires