Voilà ce que dit la science sur votre perte de cheveux spécialement en automne !

Une étude américaine vient de soulever le phénomène de perte de cheveux remarquablement en  été et en automne. De nouvelles recherches sur les causes de cette relation et sur le cycle de nos cheveux sont encore nécessaires pour mieux comprendre ce phénomène.

perte de cheveux automne et été

 

 

 

 

Il arrive souvent de penser que nos cheveux tombent plus que d’habitude pendant une certaine période. Une vue de l’esprit ? Apparemment non, puisqu’une nouvelle étude vient de montrer qu’il y aurait un lien entre la perte de cheveux et les saisons. Des scientifiques de l’université Johns Hopkins, aux Etats-Unis, se sont servis de l’outil Google trend afin de collecter et d’analyser des données sur le sujet. Les résultats sont parus dans la revue British Journal of Dermatology.

La température et la lumière sont les causes de la perte de cheveux ?

De précédentes études avaient montré un schéma saisonnier de la perte de cheveux. Elles avaient observé que la chute maximale des poils se produisait en août et septembre. De plus des proportions maximale de cheveux télogènes (qui ne poussent plus, mais restent accrochés aux follicules) ont été observé en été. S’il ne tombe pas de lui-même, ce cheveu sera alors poussé par le nouveau, tel une dent de lait. Les niveaux de température et de lumière ont été supposés être des facteurs jouant un rôle dans ce phénomène. Cependant, ces études étaient limitées par la petite taille des échantillons et de leurs emplacements géographiques très restreints. Google trend s’est donc révélé être un outil très efficace pour traiter cette question.

Les résultats du web pour la perte de cheveux :

Crée en 2004, cet outil permet de connaître la fréquence à laquelle un terme est tapé dans le moteur de recherche Google. Ces données sont visibles par régions et par langue. Les chercheurs se sont donc basés sur les termes « hair loss » pour « perte de cheveux » et ont analysé les résultats de 8 pays anglophones (4 de chaque hémisphère) de 2004 à 2016. L’indice de volume de recherche (SVI) pour ces mots a été le plus élevé en été et en automne, et le plus faible au printemps. Cependant, aucune explication scientifique à ce phénomène n’est encore connue. Les chercheurs concluent que d’autres études évaluant cette relation sont nécessaires et notamment sur les facteurs impliqués comme la variation de l’indice UV sur les modèles de perte de cheveux.

Au plaisir de lire vos commentaires